Contenu

L'entretien croisé

Avec Olivier Miaux, Directeur Général de VIVESCIA Industries et de VIVESCIA Services, et
Jean-Luc Jonet, Directeur Général de la Coopérative et de ses filiales agricoles

Contenu
entretien-croise-olivier-maux Olivier Miaux,
Directeur Général de VIVESCIA Industries et de VIVESCIA Services
entretien-croise-jean-luc-jonet Jean-Luc Jonet,
Directeur Général de la Coopérative et de ses filiales agricoles (VIVESCIA Agriculture)
Contenu

Quel est votre regard sur l’exercice écoulé ?

Contenu
OM – C’est un bilan encourageant à l’échelle du Groupe. Et pour VIVESCIA Industries, c’est un exercice qui marque le début d’une reconquête, j’y reviendrai.
Ce que je retiens surtout, c’est la très belle dynamique de transformation enclenchée cette année pour « faire Groupe » dans un contexte, nous le savons, rendu difficile par la crise sanitaire et ses confinements — couvre-feux à répétition. Je tiens donc d’abord à saluer cet engagement : celui d’un équipage solidaire pour relever les nombreux défis et continuer d’avancer dans un environnement économique instable et à faible visibilité. L’esprit coopératif a prévalu : nous avons uni nos forces, renforcer nos liens entre l’amont et l’aval. En clair, nous avons travaillé ensemble et dans la même direction. Et nous avons tenu le cap !
JLJ – Au sein de la Coopérative, cet esprit de solidarité s’est aussi imposé naturellement : une illustration avec le support apporté aux équipes de terrain dans les silos par celles du siège au moment de la moisson 2020. L’engagement des collaborateurs a été intense durant toute l’année, pour conduire à la fois nos missions quotidiennes auprès des agriculteurs-coopérateurs et clients industriels et aussi engager Ma Coop 2025, notre plan de transformation lancé en février 2021.
Contenu

« L'esprit coopératif a prévalu : nous avons uni nos forces, renforcer nos liens entre l'amont et l'aval. Et nous avons tenu le cap ! »
Olivier Miaux

Contenu

Quels sont les enjeux et les traductions concrètes de cette « dynamique de transformation » conduite à tous les étages de VIVESCIA — sa Coopérative, ses entreprises industrielles ?

Contenu
OM – L’enjeu est clair, consolider nos fondamentaux pour projeter VIVESCIA sur une trajectoire de performance durable, au rendez-vous des défis de nos filières végétales. Nous nous sommes mobilisés autour d’objectifs, tels que renforcer la connexion amont-aval au sein du Groupe pour mieux faire valoir nos atouts différenciants et nos expertises, nourrir les liens avec nos clients français et internationaux dans les démarches filières et gagner aussi en efficacité dans l’exécution de nos opérations, gage de crédibilité. C’est avec cet objectif que depuis deux ans, nous avons mené de nombreuses et profondes transformations pour adapter les organisations, développer des modes de travail plus transverses.
JLJ – Pour illustrer ce qu’Olivier vient de souligner, je pense aux belles initiatives conduites en juin dernier dans les champs, sur les territoires de notre Coopérative, comme les « Routes des Blés » organisées pour des clients industriels et des boulangers artisans de Grands Moulins de Paris, ou encore le « tour de plaine » sur l’expérimentation orges bas carbone conduite avec Malteurop et Heineken. Tous les acteurs de la filière - blé/farine/pain, ou orge /malt/bière — se sont retrouvés pendant une journée dans des fermes d’agriculteurs-coopérateurs VIVESCIA pour remonter ensemble la chaîne de valeur, des produits finis jusqu’aux champs. Ces rencontres conviviales ont été l’occasion de montrer la diversité des agriculture(S) de nos territoires, de valoriser les pratiques agricoles durables, la technicité et la complexité du métier d’agriculteur, et les expertises agronomiques de la Coopérative. Une recette gagnante pour mieux se connaître, mieux se comprendre, et mieux travailler ensemble ! Les témoignages des agriculteurs coopérateurs et les messages retours des clients en témoignent (voir p. 25 et 38).
Contenu

OM – « Du fournil à l’épi de blé », « de la bière à l’orge »…, ces opérations s’inscrivent dans le cadre du développement de la stratégie filières, placée au cœur du Groupe, qui a vu aussi la création du Comité Filières et de ses déclinaisons en orge, blé et maïs. Le dialogue a été incontestablement renforcé. Ces exemples d’initiatives sont le résultat d’un travail de fond et de plans d’actions concrets.

 
Contenu

« Un travail de fond et des plans d’actions concrets. » Pouvez-vous nous en dire plus ?

Contenu
OM – Je veux souligner avant tout que transformation et transversalité relèvent d’abord de la dynamique managériale, et ce jusqu’au plus haut niveau. C’est un vaste chantier qui est engagé pour renforcer le management et les compétences. Par ailleurs, pour la première fois depuis la prise de contrôle à 100 % des entreprises Meunerie et BVP par VIVESCIA en 2012, les directeurs généraux des Grands Moulins de Paris et de Délifrance sont désormais directement membres du COMEX Groupe depuis novembre 2020. C’est une décision essentielle pour le management du Groupe. Cette évolution a été accélérée par le plan Horizon, qui a permis de relocaliser les fonctions supports, portées auparavant en grande partie par la structure « Nutrixo services », supprimée à cette occasion, au sein de ces deux entreprises. Les deux activités disposent maintenant pleinement de leurs propres organisations, sources de plus d’agilité et d’efficience pour nos managers, et de plus de responsabilisation. Dans la continuité, nous avons aussi déployé OSER, notre plan de transformation des fonctions siège et support du Groupe, dont l’objectif est de repositionner les missions et les rôles de chacun entre le siège et nos métiers : il s’est traduit par des transferts d’équipes, de la mobilité interne, ou encore, à titre d’exemple, par la constitution de Centres de Services Partagés qui seront pleinement opérationnels en fin d’année 2021. En parallèle, nous ouvrons de nouveaux chantiers transverses pour renforcer la création de valeur : c’est le cas par exemple des travaux engagés entre ARD et Malteurop, ou encore entre Grands Moulins de Paris, Délifrance et Diamalteria (filiale ingrédients maltés de Malteurop).
JLJ – Côté Coopérative, Ma Coop 2025, qui vise à mieux répondre à la diversité des projets entrepreneuriaux des agriculteurs coopérateurs, comme aux évolutions des attentes de nos clients et de la société, repose sur un dialogue renouvelé entre le Conseil d’administration et le Comité de direction, ainsi que sur une transversalité renforcée. Parallèlement au déploiement des plans opérationnels, de nombreux changements en termes d’organisation ont été opérés cette année : nouveau découpage du territoire coopératif, nouvelle organisation terrain et siège - Exploitation, Commerce terrain, Offres, Valorisation grains, Logistique, Agronomie - pilotée par la Direction des opérations, nouvellement créée.
Contenu
 
entretien-croise-chiffres-cles
 
Contenu

« Nous devons progresser encore et toujours pour être au rendezvous de la performance attendue par l’ensemble de notre sociétariat, et aussi accompagner les mutations profondes qui sont à l’oeuvre en matière de transition agro-écologique et bas carbone. »
Jean-Luc Jonet

Contenu

Cette nouvelle dynamique – et cette transversalité – se traduisent-elles dans les résultats ?

Contenu
OM – Les résultats sont clairement en progression chez VIVESCIA Industries. Ils sont supérieurs à ceux enregistrés avant la pandémie. Les plans d’action robustes, que nous avons élaborés et déployés depuis près de deux ans, contribuent au fort redressement des performances économiques. C’est une première nouvelle étape, un premier succès. Portée par la sortie progressive des différents confinements en fin d’exercice, la croissance organique de notre chiffre d’affaires s’est élevée à 66 millions euros. L’EBITDA de VIVESCIA Industries enregistre un net rebond, à 126 millions d’euros (soit + 38 millions d'€ par rapport à l’exercice précédent). Notre dette est en recul et parfaitement sous contrôle, de même qu’à l’échelle du Groupe.
JLJ – L’exercice de la Coopérative a été impacté par une baisse de la collecte des grains de plus de 10 %. Nous avons poursuivi nos plans d’excellence opérationnelle conduisant à une nouvelle baisse de nos charges d’exploitation, ce qui porte l’effort à près 12 millions d’euros sur les deux dernières années. La performance vis-à-vis de des agriculteurs-coopérateurs a été correcte sur le triptyque prix-produits et services. Nous devons progresser encore et toujours pour être au rendez-vous de la performance attendue par l’ensemble de notre sociétariat, et aussi accompagner les mutations profondes qui sont à l’œuvre en matière de transition agroécologique et bas carbone. Je veux aussi saluer l’engagement des équipes qui ont su s’adapter pour conduire avec beaucoup d’abnégation les différents projets en cours, pour répondre tout à la fois aux attentes quotidiennes des agriculteurs de nos territoires et aussi préparer l’avenir.
Contenu

Et demain ?

Contenu
OM – Nos prévisions sont nécessairement prudentes au regard du contexte de très forte inflation des coûts et du risque de résurgence de la crise sanitaire, mais la transformation engagée va se poursuivre ! Les premières marches ont été franchies. Il faut confirmer. Nous avons toutes les raisons d’être optimistes et confiants. Nos fondamentaux sont maîtrisés à présent. Nous disposons aussi de nombreux atouts, la qualité de nos produits, nos filières d’excellence, l’expertise de nos équipes, la qualité de nos relations avec notre écosystème. Les partenariats et succès commerciaux remportés cette année attestent de la reconnaissance de nos clients.
JLJ – Les agriculteurs coopérateurs sont de plus en plus nombreux à reconnaître que les transformations conduites ou à celles à venir, au travers du plan Ma Coop 2025, sont indispensables et de nature à répondre aux évolutions des entreprises agricoles et aux enjeux de demain. Nous avons encore à convaincre, à expliquer, et c’est tout à fait normal c’est tout l’enjeu de l’année à venir. Nous nous engageons aussi sur les réflexions autour de l’agriculture bas carbone… Ces sujets sont cruciaux et ils concernent aussi toute la chaîne agroalimentaire, nos clients, qui sont très demandeurs de collaborations mutuelles, et les consommateurs. à ce titre, la nouvelle démarche RSE Groupe sera contributive à l’ambition et aux engagements de Ma Coop 2025…
Contenu
OM – … comme à ceux de VIVESCIA Industries ! Cette nouvelle démarche RSE, qui a mis en mouvement tout VIVESCIA, va nourrir pleinement la dynamique positive enclenchée au sein du Groupe et de ses entreprises. C’est à la fois un moteur de progrès pour renforcer nos liens avec nos clients, notamment dans le développement de filières qualitatives et durables, et un puissant vecteur de mobilisation pour toutes nos équipes. Face aux vents contraires relativement forts que nous devons affronter aujourd’hui (inflation des coûts, soubresauts de la crise sanitaire notamment) et à un environnement économique instable, c’est notre collectif, qui a déjà prouvé sa puissance et son efficacité ces dernières années, qui est notre force.
Contenu
grain-triple
entretien-excellence-metiers Illustration l'excellence des métiers du Groupe VIVESCIA, 7 septembre 2021, Châlons-en-Champagne (51)
le groupe VIVESCIA, sa coopérative et les Grands Moulins de Paris mettent la baguette à l'honneur pour soutenir sa candidature au Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO
Dans le cadre de l’étude de cette candidature, la Coopérative VIVESCIA et Grands Moulins de Paris se sont mobilisés aux côtés de la Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie Française : ils ont conçu tout un programme pour permettre aux ambassadeurs de l’Unesco de découvrir la baguette et l’ensemble des savoir-faire associés, des champs de blé au boulanger en passant par la visite du moulin de Reims.
entretien-unesco-logo